Comment préparer sa moto pour la piste

Publié le 24/01/2019

  • Comment préparer sa moto pour la piste

Salut les pistards !

On vous expliquait déjà dans un précédent article les bases et rudiments de la piste. Vous avez testé et vraiment accroché ? Ou c’est votre première mais vous voulez faire les choses bien ?

On vous explique dans cet article comment équiper votre moto.

  

La base : le carénage

 

Pourquoi opter pour un carénage poly ?
Les carénage d’origine en ABS sont lourds et non adaptés à la piste : découpe de feux, multiples parties qui mettent du temps à être démontées pour accéder au moteur.



Un carénage piste est réalisé en fibre de verre (polyester, d’où « carénage poly ») et/ou en carbone (mais bien plus onéreux). La plupart des pistards optent pour le carénage poly pour sa simplicité de montage et son coût relativement raisonnable (selon les qualités aussi bien sûr). Ce carénage se compose en effet de seulement 2 pièces : la tête de fourche avec flancs incorporés et le sabot (celui-ci doit être fermé comme l’exige la FFM pour récupérer l’huile moteur en cas de casse et éviter d’en déverser sur la piste). Certains peuvent être en 4 parties et avoir la tête de fourche et les flancs séparés.
On peut également s’équiper de la coque arrière en fibre, un garde boue, les entrées d’air et un couvre réservoir.
Le dernier avantage du poly est qu’il se répare facilement contrairement au carénage ABS, vous pourrez aussi le personnaliser à vos couleurs (peinture, stickers) afin d’avoir un modèle unique.

 

Pour vos carénages poly il existe plusieurs marques et différentes gammes que nous allons comparer ci dessous.

 


Carénage entrée de prix « Moto Vision » - fabrication asiatique

Les +
- Le moins cher du marché, très abordable

- Points de jonction renforcés en carbone kevlar, repères pour les perçages

Les -
- Nécessite des réajustements sur certains modèles

 

Carénage « Sebimoto » - fabrication européenne


Les +
- Très belle finition gelcoat blanc avec finition brillante, ne nécessite pas forcément une mise en peinture

- Pièces vendues au détail, donc possibilité de ne racheter qu’une seule partie en cas de chute et casse

- Points de jonction renforcés en carbone kevlar, repères pour les perçages

- Nécessite rarement des ajustements

Les  -
- Pièces plus onéreuses



 

En gros vous pouvez choisir entre un carénage pas cher mais qui nécessite parfois quelques ajustements ou un carénage plus cher mais plus qualitatif. Si vous êtes plutôt bricoleur le 1er choix ne posera pas problème, mais si vous voulez un carénage joliment fini et très facile à monter optez plutôt pour du Sebimoto.
Les carénages poly Sebimoto sont qualitatifs mais restent abordables par rapport à de grandes marques onéreuses dont vous n’aurez pas forcément besoin si vous n’êtes pas à un haut niveau de compétition.

 

 

Protections

Afin de protéger certaines parties vitales du moteur il faudra équiper votre moto de protections, il en existe plusieurs gammes en différents matériaux qui changent selon l’usage.

Protections de cadre et bras oscillant en carbone/kevlar
Les protections de cadre et de bras oscillant en carbone/kevlar vont protéger des impacts du bac à gravier (gravillonnage).

Protections moteurs
Les protections seront réellement efficaces en cas de glissade sur le bitume.
En glissant les carters moteur ou embrayage risquent de râper jusqu’à être percés et répandre l’huile sur la piste. 

Les protections en carbone kevlar sont plus résistantes que celles en plastique, elles sont très épaisses (plusieurs couches successives) et sont à encoller directement sur les carters  avec une colle polyuréthane (colle type parebrise).



Celles en plastique restent néanmoins assez résistantes et peuvent tout à fait convenir aux pistards occasionnels (et même pour les routards pour protéger ces parties sensibles de la moto). Ces protections se vissent directement sur les carters moteurs, elles sont « plug & play » ce qui peut être très pratique si vous souhaitez les retirer après un roulage.

 

Protections type tampons ou crash pads
Vous pouvez également équiper votre moto de tampons de protection ou encore « crash pads » qui vont plutôt protéger le cadre. Le tampon va absorber le choc, en râpant il évite au cadre de prendre le choc. Il va casser si le choc est trop fort et risquerait de déformer le cadre. 

Ces tampons sont remplaçables ce qui est très pratique. Ils sont également très utiles pour les chutes à l’arrêt (qui arrivent bien plus souvent qu’on ne le pense) et éviteront à d’autres parties proéminentes de s’abimer en tombant.

Protection de pot
L’échappement est une partie très onéreuse de votre moto, pour la protéger vous pouvez y ajouter une protection de type universelle (un collier de serrage avec une partie en plastique) ou une protection spécifique en carbone.
Ces protections ne sont pas miraculeuses et protégeront le pot seulement des rayures/éraflures.
N’oubliez pas que la plupart des circuits contrôlent le niveau de décibels, pour être sûr d’être dans les normes imposées par le règlement il vaut mieux vérifier le bruit de votre pot avant roulage avec un sonomètre. Vous pouvez y apposer un db-killer ou passer à un pot type origine, certaines marques de bonne qualité restent aujourd’hui tout à fait abordables, comme par exemple la marque italienne GPR.

Protection de levier
Rendu obligatoire par les règlements FIM, les protections de leviers empêchent de pincer malencontreusement le frein avant en cas d’accrochage latéral avec une autre moto, évitant ainsi un risque de chute élevé et dangereux.
Avec de la couleur cela rajoute un peu de votre touche personnelle à votre moto.



Protection de couronne
Vous devrez installer une protection de couronne, aussi appelée « dent de requin » en rapport à sa forme sous le bras oscillant. Cette protection empêche le pied ou la main de se prendre dans la couronne arrière et ainsi éviter de graves blessures en cas de chute.

 

 

Fil à freiner / récupérateur

Parce qu’il ne faut rien laisser sur la piste vous devrez attacher tous les éléments détachables avec du fil à freiner :
- les vis de fixation des étriers avants
- les protections de carters moteurs
- filtre à huile
- bouchon de remplissage d’huile et bouchon de contrôle de niveau d’huile
- bouchon de radiateur
- bouchon de vidange d’huile

C’est très simple, du fil à freiner et une pince à freiner pour torsader le fil et le tour est joué.

Vous ne devrez perdre aucun fluide sur la piste, nous l’avons déjà évoqué plus haut avec le sabot du carénage poly. Cette réglementation a deux intérêts : éviter que des liquides glissants se retrouvent sur la piste. C’est pour cela que vous devrez également équiper votre moto de course avec des bidons récupérateurs.

 

Couvertures chauffantes

L’adhérence du pneu va dépendre de sa température, pour avoir une bonne adhérence et ne pas finir dans le décor dès le premier virage vous pouvez soit faire chauffer vos pneus en faisant un premier tour de piste et en réalisant des zigzags, soit utiliser des couvertures chauffantes qui donnent un meilleur résultat.

Les couvertures chauffantes sont très simples à utiliser, si vous faites de la piste de façon occasionnelle, des couvertures autorégulées conviendront parfaitement (la température est programmée, il n’y a plus qu’à brancher).
Pour cela vous aurez besoin de béquilles de stand pour lever votre moto et y poser les couvertures chauffantes. Lorsque la température est atteinte le voyant passe au vert, vous pouvez alors les retirer mais attention : veillez à bien les laisser étalées et ouvertes, si vous les enroulez trop vite le tissu risque de bruler. Laissez les bien refroidir avant de les remettre dans leur sac de rangement.
Cet accessoire indispensable vous permettra d’obtenir une gomme à bonne température très rapidement. Vous pouvez aussi contrôler la température avec un thermomètre infrarouge.

 

 Ca y est vous êtes prêt maintenant à attaquer la piste, alors GAZ !

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.